Les "Royal News" ont pour objectif de vous informer des dernières actualités publiées sur les Familles Royales du Gotha. Les articles cités ici sont soit des extraits d'articles de presse, parus sur différents sites on-line, dont la source est mentionnée et que pouvez lire en intégralité en cliquant sur le lien, soit des informations fournies par les différents services de presse des Maisons Royales et que Stéphane Bern a synthétisées, traduites ou réécrites en citant ses sources.

Royal News

Août 2015

Le roi des Belges, Philippe, et son fils le prince Gabriel, rendent hommage à la reine Astrid, décédée en Suisse il y a 80 ans dans un accident de la route 30/08/2015

254377895_news624.jpg
Le roi des Belges Philippe s'est rendu samedi 29 août 2015 en visite privée à Küssnacht (canton de Schwyz) pour une cérémonie en mémoire de sa grand-mère, la reine Astrid, décédée il y a 80 ans dans un accident de voiture au bord du lac. Ce décès avait profondément endeuillé la Belgique et fragilisé le roi Léopold III.Le roi Philippe a atterri samedi matin à Emmen à bord d'un appareil militaire.Il s'est rendu à la mi-journée au Mémorial de la reine Astrid à Küssnacht en compagnie de son fils, le prince Gabriel âgé de 12 ans. C'était pour tous les deux leur première visite sur les lieux de l'accident.Le monarque et son fils ont été chaleureusement accueillis par quelque 200 curieux, en majorité des Belges, sous un soleil rayonnant. Ils ont observé une minute de silence devant la croix ornée de quatre couronnes sur le lieu de l'accident. Cette croix est en granit de Suède et rappelle l'origine de la reine issue de la famille royale suédoise.Aux côtés des autorités de la ville et d'hôtes de marque, le roi a ensuite assisté à une messe à la chapelle de Küssnacht, célébrée par un frère du cloître d'Einsiedeln. La cérémonie devait se terminer par un repas privé au Swiss Chalet de Merlischachen selon le programme.Le décès de la reine Astrid, alors âgée de 29 ans, a bouleversé le monde entier, à l'image du destin tragique de la princesse Diana 62 ans plus tard. L'été 1935, elle et son époux Léopold III passent des vacances en Suisse centrale.Le matin du 29 août, le couple royal longe le lac des Quatre-Cantons à bord d'une limousine. Léopold, au volant, et Astrid admirent le Rigi, selon un témoin, lorsque la voiture sort de la route.Le véhicule percute alors un arbre avant de tomber dans le lac. Sous l'effet du choc, la reine est éjectée de la voiture et meurt sur le coup. Le roi ne souffre que de blessures légères. La reine laisse trois enfants en bas âge.Selon le voeu du roi Léopold III, la voiture accidentée a été coulée à l'endroit le plus profond du lac des Quatre-Cantons. La Confédération a offert à la Belgique la place où le drame s'est produit. Dix mois plus tard, une chapelle à la mémoire de la reine Astrid y a été érigée.L'endroit est devenu un lieu de pèlerinage pour les touristes venus de Belgique. Il y a cinq ans, l'ancien monarque Albert II s'est rendu à Küssnacht et a rendu hommage à sa mère décédée.

Le prince Albert II de Monaco commémore la rafle de juifs en principauté en 1942 et demande pardon à la communauté juive 28/08/2015

Le-Pardon-d-Albert-II-Monaco_article_landscape_pm_v8.jpg
Dans un geste de repentance sans précédent, le prince Albert II de Monaco a demandé pardon jeudi 27 août 2015 pour le rôle joué par la principauté dans la déportation des Juifs vers les camps nazis durant la Seconde Guerre mondiale.66 Juifs furent raflés dans la nuit du 27 au 28 août 1942 et remis aux Français de Vichy; 9 ont survécu.La police monégasque avait en effet raflé plusieurs dizaines de Juifs qui avaient cherché refuge sur le Rocher, pensant être à l'abri des persécutions des nazis et de leurs collaborateurs français.Le prince Albert II a dévoilé jeudi 28 août 2015 une stèle au cimetière de Monaco qui comprend les noms des 90 Juifs monégasques ou résidents, dont 66 furent raflés dans la nuit du 27 au 28 août 1942. Seul neuf d'entre eux ont survécu. Cet anniversaire sera désormais un jour de commémoration. L’intervention du prince s’est faite en présence du Ministre d’État Michel Roger et de Serge et Beate Klarsfeld, qui œuvrent depuis des années pour une meilleure connaissance de la Shoah."Le dire aujourd’hui, c’est reconnaître un fait. Le dire aujourd’hui, devant vous, c’est demander pardon", a déclaré le souverain de la petite principauté au cours d'un discours émouvant."Nous avons commis l'irréparable en livrant des ...femmes, des hommes et un enfant qui étaient venus se réfugier chez nous pour échapper aux persécutions dont ils étaient victimes en France", a jouté le prince."Nous ne les avons pas protégés. C'était notre responsabilité. Ils étaient dans la détresse, ils sont venus spécifiquement chercher refuge chez nous pensant qu'ils y trouveraient la neutralité", a-t-il reconnu.Cette sortie du silence par Albert II intervient à la suite d’un long processus entamé par le prince Rainier III en 1993. Dès son avènement, le prince Albert avait souhaité mener à son terme le recensement de tous les Juifs de Monaco capturés et déportés. Au printemps 2011, une commission d’experts avait débuté la rédaction d’un rapport, remis au prince en février dernier.Il a fallu se plonger dans les archives policières de la principauté en 1944, et identifier chacune des personnes raflées. Et c’est avec l’appui des archives de Monaco et de la Sureté Publique que le travail a pu se faire, ouvrant la voie au prince pour cette reconnaissance historique, qu’Il avait promise aux familles des victimes.Le Palais a comparé cet acte de repentance à celui du président Jacques Chirac en 1995 qui avait reconnu le rôle joué par la France dans la déportation des Juifs durant la Shoah.Le président du Congrès juif européen Moshé Kantor a chaleureusement accueilli l'initiative monégasque. "Nous nous félicitons de l'événement d'aujourd'hui et du désir de la principauté d'examiner de manière adéquate son rôle au cours des jours sombres de l'occupation nazie. Il n'y a pas de prescription pour une vraie introspection et pour les regrets", a dit Kantor.La cérémonie "fut l'occasion pour le Prince Albert II de demander pardon pour l'intervention de la Police monégasque pendant la rafle du 27 août 1942, faite en l'absence du Prince Louis II et du Ministre d'Etat", a indiqué dans un communiqué le grand rabbin de France Haïm Korsia, qui était présent. "Le Grand Rabbin de France rend hommage aux paroles fortes et courageuses du Prince qui accompagnent des gestes de réparation pour les familles des victimes de cette tragédie", ajoute-t-il. "Le Prince Souverain a prononcé un discours pour exprimer Sa position sur ces évènements douloureux et le témoignage qu'il faut en porter", a simplement indiqué le palais princier, soulignant que "cette prise de parole marquera l'aboutissement d'une démarche initiée par le Prince Rainier III en 1993".La principauté de Monaco était officiellement neutre lors du déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale en 1939. Elle a été ensuite occupée par les Italiens, puis par les Allemands. Le gouvernement monégasque mentionne les efforts d'un prêtre, d'un chirurgien et de quelques autres personnes pour protéger les Juifs à Monaco, puis des pressions auxquelles les autorités de l'époque auraient été soumises de la part des Français collaborationnistes de Vichy.
1 2 3 4  >