Royal News

Les "Royal News" ont pour objectif de vous informer des dernières actualités publiées sur les Familles Royales du Gotha. Les articles cités ici sont soit des extraits d'articles de presse, parus sur différents sites on-line, dont la source est mentionnée et que pouvez lire en intégralité en cliquant sur le lien, soit des informations fournies par les différents services de presse des Maisons Royales et que Stéphane Bern a synthétisées, traduites ou réécrites en citant ses sources.

Juillet 2014

Le prince Louis de Bourbon préside les commémorations du 800ème anniversaire de la bataille de Bouvines 28/07/2014

741197946_B973231647Z.1_20140728162921_000_GT02SSG0T.2-0.jpg.png
C’était la journée de tous les symboles ce dimanche. Celui de désintérêt officiel de l’État pour cette commémoration de ce qui est pourtant perçu comme le fondement de la nation française. Un Premier ministre, Manuel Valls, qui s’annonce, puis se désiste au dernier moment pour voir passer le Tour de France, un remplaçant promis qui n’est jamais venu, pas de préfet non plus mais un sous-préfet chargé de représenter un État beaucoup trop discret au goût du public dont l’attention s’est alors tournée vers la royauté, venue en nombre.Dans le sillage du Prince de Bauffremont, président de l’Institut de la maison Bourbon, et d’une ribambelle de noms aux titres honorifiques, Louis de Bourbon a aimanté tous les regards. Il est descendant direct de Saint-Louis, dont il partage la date de naissance, le 25 avril à quelques siècles près, et le prénom de son épouse, Marguerite.Le jeune quadra, de nationalité franco-espagnole, vit à Madrid, où il travaille dans la finance. Père de trois enfants, il ne leur a pas encore expliqué toute l’histoire de leurs racines, mais évoquera avec eux dans quelques années l’importance du dimanche 27 juillet 1214. Le jour où leur ancêtre Philippe Auguste a remporté une bataille primordiale pour la naissance de la France.
«À Bouvines, unis sous la bannière de Saint-Denis, sont venus combattre ceux qui étaient fiers de leur autonomie et de leurs libertés à se gérer. La conscience politique du peuple français est née dans cette plaine.» Huit cents ans après, le symbole est encore très présent dans l’esprit du prince. «Mon père était venu en 1988, explique-t-il. C’était important pour moi de marcher dans ses pas. Cette journée est vraiment particulière, toutes les organisations d’une nation sont présentes : l’Église, la République, la Monarchie et même un représentant de la couronne d’Angleterre. Et alors que les festivités du 700e anniversaire avaient pris une tournure beaucoup plus belliqueuse il y a un siècle, Louis de Bourbon a tenu à placer cette commémoration sous le signe de la paix et du souvenir. «L’an 800, 1214, 1515 et jusqu’à 1914, ces dates que les enfants apprennent à l’école sont autant de repères qui donnent un sens à nos vies, a-t-il rappelé en ommettant soigneusement 1789. Il faut nous en souvenir pour écrire de nouvelles pages et entrer dans l’avenir. Car une grande nation est celle qui sait s’inscrire dans le temps.»La plaine de Bouvines est désormais un site protégé. Alain Bernard, le maire, en a fait l’annonce officielle hier : « Le décret a été signé par la ministre samedi. » Drôle de symbole là aussi, puisque le week-end de la commémoration de la victoire de Philippe Auguste, cette décision vient mettre un terme à de nombreuses années de mobilisation des élus du secteur.La communauté urbaine de Lille avait validé ce classement dès 2007. Mais c’est plus haut qu’il fallait convaincre, puisque différents projets étaient envisagés à cet endroit comme le contournement sud-est de Lille, enterré, ou encore l’implantation d’éoliennes. Beaucoup de dossiers se sont dégonflés en route, mais les élus de Bouvines, Cysoing et Gruson, qui se partagent la plaine, n’ont pas baissé la garde pour autant, continuant à défendre leur projet auprès des instances nationales. Ils ont aussi dû rassurer les agriculteurs du secteur qui craignaient de voir le développement de leurs exploitations freiné par cette décision.« Nous étions allés défendre ce classement à Paris il y a un mois, indique Benjamin Dumortier, maire de Cysoing. C’est une très bonne nouvelle. Nous allons pouvoir continuer à mettre le site de la bataille en valeur et capitaliser dessus, comme nous l’avons fait pour organiser cette commémoration. »

Source : La Voix du Nord

Mariage en Allemagne du prince François d'Orléans avec Theresa von Einsiedel 27/07/2014

fs_239.jpg
Dans la charmante cité bavaroise de Straubing, en Allemagne, Theresa von Einsiedel (30 ans) et le prince François d'Orléans (32 ans), fils du prince Michel et de la princesse Béatrice d'Orléans se sont dit oui dans la basilique St. Jakob. La cérémonie religieuse s'est déroulée en allemand, en latin, français et anglais, à l'image de l'assemblée cosmopolite des différents membres du Gotha présents. La mariée portait une robe romantique du couturier Brian Rennie.

Lors de la célébration religieuse de Saint-Jacques de Compostelle, le roi d'Espagne renouvelle son plaidoyer pour une Espagne unie et diverse 25/07/2014

reina-letizia-3-z.jpg
Le roi Felipe VI a renouvelé vendredi 25 juillet 2014 son plaidoyer pour une Espagne "unie et diverse", dans un discours prononcé lors d'une célébration religieuse à Saint-Jacques de Compostelle, en Galice, au moment où les nationalistes catalans maintiennent contre l'avis de Madrid leur projet de référendum."Dans notre Espagne constitutionnelle, unie et diverse, tous les sentiments et toutes les sensibilités ont leur place, de même que toutes les façons de se sentir Espagnol. Cela fait de nous une grande communauté sociale, culturelle et politique", a déclaré le roi, reprenant les thèmes de son discours d'intronisation, le 19 juin devant le Parlement espagnol.Le roi s'était rendu dans la ville de Galice, dans le nord-ouest de l'Espagne, à l'occasion de la fête de Saint-Jacques. Dans cette région parmi celles du pays où l'identité culturelle est la plus forte, il a terminé son discours par quelques phrases en galicien, l'une des quatre langues officielles du pays."Que des milliers de personnes se lancent tous les ans, avec des motivations diverses" sur le chemin de Compostelle, "est une preuve de pluralité et un hommage spontané à un patrimoine spirituel et à une culture qui tous nous enrichit", a ajouté le roi, en référence au pèlerinage mondialement connu.Felipe VI a succédé le 19 juin à son père, le roi Juan Carlos, qui a abdiqué en lui laissant un lourd héritage, au moment notamment où l'Etat espagnol est confronté à une poussée séparatiste en Catalogne.Le président nationaliste de la région, Artur Mas, allié au parti de gauche républicaine ERC, veut y organiser le 9 novembre un référendum d'autodétermination, un projet déclaré illégal, au nom de la Constitution de 1978, par le gouvernement conservateur espagnol.Si le roi, chef de l'Etat, ne dispose pas de réels pouvoirs dans la monarchie parlementaire espagnole, certains pensent que Felipe VI, par ses talents de diplomate et ses liens privilégiés avec la Catalogne, une région dont il parle la langue, pourrait oeuvrer en faveur d'un dialogue.

Source : AFP
1 2 3 4 5 6  >