Royal News

Les "Royal News" ont pour objectif de vous informer des dernières actualités publiées sur les Familles Royales du Gotha. Les articles cités ici sont soit des extraits d'articles de presse, parus sur différents sites on-line, dont la source est mentionnée et que pouvez lire en intégralité en cliquant sur le lien, soit des informations fournies par les différents services de presse des Maisons Royales et que Stéphane Bern a synthétisées, traduites ou réécrites en citant ses sources.

Juillet 2014

Le roi d'Espagne Felipe VI et la reine Letizia reçus au palais de l'Elysée par le président François Hollande 22/07/2014

François Hollande a reçu aujourd'hui 22 juillet 2014 le nouveau roi d'Espagne Felipe VI et la reine Letizia lors d'un déjeuner à l'Elysée, rappelant les "liens étroits" entre la France et l'Espagne. Lors d'un entretien d'une demi-heure, le président de la République a abordé les questions de relations bilatérales, de coopération en matière de sécurité, d'énergie et de transport ainsi que la situation en Europe, selon son entourage.Lors d'une allocution précédant le déjeuner, où devaient être abordées les questions internationales, François Hollande a rappelé "deux grands enjeux", "celui de la sécurité" et celui des "interconnexions entre l'Espagne et la France". Le président a salué "la coopération policière et judiciaire renforcée ces deux dernières années entre les deux pays"."Nous avons aussi considérablement amélioré et augmenté nos investissement en matière énergétique", a-t-il souligné. François Hollande a déclaré avoir des "projets ambitieux dans le golfe de Gascogne. Nous envisageons de tripler les capacités d'interconnexion gazière par rapport à ce qu'elles étaient en 2010". "C'est très important avec ce qui se passe dans l'est de l'Europe d'être capable d'avoir d'autres sources d'approvisionnement et d'assurer la sécurité énergétique de l'Europe", a-t-il dit.Le président de la République a aussi souligné l'"étroitesse des liens économiques, humains, culturels qui unissent nos deux pays. L'Espagne est notre premier client et notre deuxième fournisseur". "2.000 entreprises françaises sont implantées dans votre pays qui emploient plus de 300.000 personnes", a-t-il dit. François Hollande a ensuite invité le roi d'Espagne en visite d'Etat à l'occasion de l'inauguration de la grande exposition Velasquez au Grand palais à Paris au printemps prochain. Le roi Felipe a pour sa part insisté sur "la responsabilité de l'Espagne et de la France de donner ensemble un nouvel élan au projet européen". Il a aussi salué "le modèle de coopération franco-espagnol exemplaire" dans "la lutte contre le terrorisme de l'ETA" et rappelé la présence de l'Espagne aux côtés de la France au Mali et en République centrafricaine.Le Premier ministre Manuel Valls et la maire de Paris Anne Hidalgo, dont les origines espagnoles ont été saluées par le roi et par le président, étaient également présents au déjeuner ainsi que le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Harlem Désir et le ministre de l'Intérieur espagnol Jorge Fernandez Diaz. Le roi d'Espagne doit ensuite rencontrer le président du Sénat Jean-Pierre Bel, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone et le Premier ministre Manuel Valls. Il s'agit de la première visite en France du monarque de 46 ans, qui a prêté serment le 19 juin dernier suite à l'abdication de son père Juan Carlos. Il s'est déjà rendu au Vatican, au Portugal et au Maroc.

Source : AFP

vidéo des allocutions

Premier anniversaire du prince George de Cambridge célébré à Kensington en présence de la reine 22/07/2014

452491034.jpg
Si le prince William avait passé son premier anniversaire loin de ses parents, le prince Charles et Diana qui étaient en tournée au Canada, il a choisi avec son épouse Kate de célébrer les un an de son fils "en privé avec la famille proche et des amis au palais de Kensington", a indiqué une porte-parole du couple.Si la reine est annoncée, le grand-père de "gorgeous" George, le prince Charles ainsi que son épouse Camilla, en déplacement en Ecosse, n'étaient cependant pas de la fête.Attaché à diffuser une image de normalité, le couple royal a souhaité pour leur fils un anniversaire classique pour un enfant de cet âge, loin des flashs et des caméras: gâteau concocté par maman, présence de la famille et notamment de l'arrière-grand-mère et fête à la maison entre proches, croit savoir la presse britannique.Mais, pour contenter l'immense appétit des médias nationaux et internationaux, les parents du futur roi d'Angleterre ont consenti à rendre publiques trois photos officielles.La première, diffusée dimanche, montre le prince George (en salopette Petit Bateau qui affole les internautes) marcher seul avec confiance, les bras en l'air et le regard déterminé. Elle a été prise début juillet lors d'une visite au musée d'histoire naturelle de Londres, où le couple royal avait emmené leur fils pour découvrir une exposition sur les papillons.L'une des deux rendues publiques lundi soir montre le petit prince fasciné par un papillon, un magnifique morpho bleu, posé sur le dos de la main de son père. Le bambin, assis sur un banc avec ses parents, semble sur le point d'attraper l'insecte délicat.L'autre photo montre le trio fixer quelque chose d'invisible sur le cliché, situé au-dessus de leurs têtes, vraisemblablement un papillon.Le couple royal a également joint un bref message de remerciements dédié à "tous ceux que nous avons rencontré au cours de cette année, dans le pays et à l'étranger, pour leurs souhaits chaleureux et généreux et leurs bons voeux pour George et notre famille".Celui que son oncle, le prince Harry, décrit comme un bébé "aux bonnes joues rebondies" et à l'apparence "d'un jeune Winston Churchill" a apporté un véritable "feel good factor", un sentiment de fraîcheur, de bien-être et de bonne humeur aux Britanniques et au delà.Selon un nouveau sondage publié mardi et réalisé auprès de 1.025 personnes par Viewsbank, 24% des Britanniques sondés ont une meilleure image de la famille royale depuis la naissance du petit prince et 50% estiment qu'il a amélioré l'image de la famille royale.George Alexander Louis, né le 22 juillet à 16h24, n'avait que 27 heures à peine d'existence quand il est apparu pour la première fois aux yeux du monde, enroulé dans une couverture blanche dans les bras de sa mère, puis dans ceux de son père, devant quelque 200 journalistes agglutinés au pied de l'entrée de la maternité St Mary à Londres."Il a une bonne paire de poumons", avait alors confié aux journalistes le jeune papa.George a fait sa seconde apparition officielle lors de son baptême trois mois plus tard.Il a ensuite participé en avril dernier à son premier engagement public officiel, lors d'une tournée familiale en Australie et en Nouvelle-Zélande, en jouant avec 10 bambins de son âge dans la résidence du gouverneur général de Nouvelle-Zélande à Wellington."Les sorties du prince George sont un rappel de ce qui rend la monarchie si durablement populaire: son humanité", a estimé le Daily Telegraph, quotidien conservateur très favorable à la famille royale.

Source : AFP

Le roi et la reine des Belges président les cérémonies de la Fête Nationale belge avec un Te Deum et un défilé militaire à Bruxelles 21/07/2014

Le traditionnel défilé militaire sur la place des Palais à Bruxelles a débuté, lundi 21 juillet 2014 à 16 heures, en présence du Roi et de la Reine, Philippe et Mathilde ainsi que des couples princiers Lorenz et Astrid et Laurent et Claire. Devant l'escorte royale à cheval, le roi Philippe et son épouse Mathilde ont commencé par saluer la présidente du Sénat Sabine de Béthune, le président de la Chambre des représentants Patrick Dewael, le Premier ministre Elio Di Rupo et ses vice-Premiers Joëlle Milquet à l'Intérieur et Pieter De Crem pour la Défense. Près de 1.900 participants et 100 véhicules composent le défilé militaire, les forces aériennes comprises. Le thème retenu cette année est la coopération internationale. Depuis le 1er juillet, la Belgique a le commandement du groupe de réaction rapide du EUBG (European battlegroup), qui peut être déployé dans un rayon de 6.000 km. Environ 80 militaires européens représentent cette force d'intervention de l'UE au sein du défilé.Pour le centenaire de la guerre 14-18 et les 70 ans du débarquement, un détachement canadien a été représenté pour rappeler le 22e régiment franco-canadien. Des figurants en tenue de gendarme de la période 14-18 ont aussi marché aux côtés des militaires. Au parc royal, "l'Allée 14-18" et la reconstitution du débarquement par la 101e Airborne retracent également ce pan de l'histoire.Pour les 50 ans de l'aide médicale urgente, les premiers véhicules de secours ont pris part au défilé civil.La fête nationale se clôturera à 23h par un feu d'artifice, tiré depuis le Jardin du Palais des Académies, en présence du Roi et de la Reine, ainsi que du prince Laurent et de la princesse Claire.Ce matin, environ un millier de personnes selon l'estimation de la police se sont rassemblées devant la cathédrale des Saints Michel et Gudule, à Bruxelles, pour apercevoir la famille royale faire son entrée au Te Deum. Plusieurs centaines d'autres ont assisté à la cérémonie à l'intérieur de l'église. Aux premiers rangs des représentants politiques et diplomatiques, se tenaient le Premier ministre Elio Di Rupo et les vice-Premiers Joëlle Milquet, Pieter De Crem et Didier Reynders. A l'extérieur, le public, habillé aux couleurs de la Belgique, a brandi de nombreux drapeaux et a scandé avec ferveur "Vive le Roi" et "Vive la Reine". Aucune perturbation n'a été signalée. Le roi Philippe et son épouse Mathilde ont monté les marches entourés de leurs quatre enfants. Une entrée remarquée pour la Reine, qui a fait le choix d'un large chapeau orange, création de la Maison Fabienne Delvigne assortie à la robe créée par Edouard Vermeulen de la maison Natan.Le couple princier Claire et Laurent a quant à lui assisté au Te Deum à Namur, Lorenz et Astrid à celui de Bruges. La reine Fabiola n'assistera pas aux festivités de ce 21 juillet, pour se préserver de la lourdeur de ce type d'événement, a indiqué Pierre-Emmanuel De Bauw, porte-parole du Palais. Il précise également que le roi Albert et la reine Paola ont fait savoir qu'ils étaient à l'étranger.Monseigneur Léonard, archevêque de Belgique, a débuté le Te Deum en remerciant le Roi Philippe pour sa première année de règne. La musique militaire et les chœurs au sommet des gigantesques orgues ont rendu la cérémonie majestueuse.

Source : La Libre Belgique
1 2 3 4  >