Royal News

Les "Royal News" ont pour objectif de vous informer des dernières actualités publiées sur les Familles Royales du Gotha. Les articles cités ici sont soit des extraits d'articles de presse, parus sur différents sites on-line, dont la source est mentionnée et que pouvez lire en intégralité en cliquant sur le lien, soit des informations fournies par les différents services de presse des Maisons Royales et que Stéphane Bern a synthétisées, traduites ou réécrites en citant ses sources.

Août 2014

Le duc et la duchesse de Cambridge retrouvent le roi et la reine des Belges et le président français à Liège pour le centenaire de la Grande Guerre 04/08/2014

Rassemblés à Liège lundi 4 août 2014 pour commémorer la Première Guerre mondiale, précipitée il y a cent ans par l'invasion de la Belgique par les troupes allemandes, les dirigeants européens ont appelé à "tirer les leçons du passé" alors que les crises se multiplient, de l'Ukraine à Gaza."L'Europe pacifiée, l'Europe unifiée, l'Europe démocratique. Nos grands-parents en ont rêvé. Nous l'avons aujourd'hui. Chérissons-là, et continuons à l'améliorer", a plaidé Philippe, roi des Belges, à Liège, dans l'est de la Belgique."Nous ne pouvons pas être simplement des gardiens de la paix, des évocateurs du souvenir, (...) nous sommes aussi devant nos responsabilités", a insisté le chef de l'Etat français François Hollande, évoquant dans une longue anaphore la crise en Ukraine, "les massacres de populations civiles" en Syrie et en Irak ou le drame de Gaza."Les événements en Ukraine nous rappellent que l'instabilité continue de se propager sur notre continent", a renchéri le prince William, représentant du Royaume-Uni et des pays du Commonwealth."Sans le respect de l'autre et sans la tolérance, il n'y a pas de paix possible", a insisté le Premier ministre belge Elio di Rupo après avoir rendu un hommage appuyé aux milliers de victimes civiles belges, "massacrées en ce funeste mois d'août 1914 par l'envahisseur".Le président allemand Joachim Gauck n'a pas demandé pardon dans son intervention. Mais il a sobrement appelé à "tirer les leçons amères et terribles" du passé. "Aujourd'hui, en Europe, la loi du plus fort à laissé la place à la force de la loi", s'est-il aussi félicité.Quatre-vingt trois pays engagés dans la Grande Guerre ont été invités pour cette commémoration placée sous le signe de la sobriété. Une dizaine étaient représentés par leurs présidents. Le roi Felipe VI d'Espagne était également présent tout comme le prince William venu accompagné de son épouse Kate, duchesse de Cambridge.Le prince William et son épouse ont ensuite pris le chemin de Mons (sud) pour une cérémonie dans le petit cimetière militaire de Saint-Symphorien. Ils devaient y retrouver le Premier ministre David Cameron et le prince Harry. C'est dans ce cimetière que reposent le premier soldat britannique tué pendant la grande Guerre et le dernier, tué le 11 novembre 1918, jour de l'armistice.Après un long bain de foule en compagnie du couple royal belge, François Hollande a participé de son côté à une cérémonie franco-belge pour commémorer à l'Hôtel de ville de Liège, la remise de la Légion d'Honneur française à cette ville, le 7 août 1914, trois jours seulement après l'invasion du territoire belge par les troupes allemandes.Il y a 100 ans s'est créé "entre la France et la Belgique un lien de sang que rien ne viendra dénouer. Et en même temps une commune volonté de paix", a déclaré M. Hollande.La Grande-Bretagne célébrait également lundi le centenaire de sa déclaration de guerre à l'Allemagne par une veillée aux chandelles dans l'abbaye de Westminster, à Londres, une parade de voitures d'époque et des services religieux.Et à des milliers de kilomètres de là, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont rendu hommage aux dizaines de milliers de soldats originaires de ces deux pays, tombés sur les champs de bataille d'Europe pendant la Grande Guerre.Par le jeu des alliances, l'invasion de la Belgique, le 4 août 1914, a déclenché les hostilités de la Première Guerre mondiale. L'Allemagne a violé la neutralité du petit royaume pour prendre en tenailles les forces françaises.Les garnisons et les douze forts qui ceinturent Liège vont résister pendant plusieurs jours aux assauts de l'artillerie allemande, qui n'en viendra à bout qu'en recourant pour la première fois à ses canons de 420 mm, les célèbres "Grosse Bertha".La ville tombe le 16 août, mais sa résistance inattendue a retardé de quelques jours l'avancée d'une partie des forces allemandes, fournissant un petit répit précieux aux alliés français et britanniques. La presse anglo-saxonne rend hommage à cette "Brave Little Belgium".Les forces allemandes se vengeront de cette résistance par des exactions qui coûteront la vie à environ 6.500 civils et choqueront le monde occidental.

Source : AFP

Le Grand-Duc Héritier, Guillaume de Luxembourg, commémore le centenaire de l'entrée des troupes allemandes à Luxembourg 02/08/2014

Le 2 août 2014, le gouvernement luxembourgeoisa marqué le triste centenaire du début de l’occupation allemande du Luxembourg, durant la Première Guerre mondiale, par un moment de recueillement particulier. En effet, le 1er août 1914, vers 19 heures, les premiers soldats allemands entrèrent sur le territoire luxembourgeois par le nord, près de Troisvierges (Ëlwen), avant de se replier pour un court répit.Le 2 août enfin, le pays fut entièrement envahi par les troupes allemandes, marquant ainsi le début d’une occupation qui allait durer quatre ans.En mémoire de cet événement et pour appeler la population au recueillement, les sirènes d’alarmes ont retenti de 14h58 à 15 heures dans tout le pays.Le Grand-Duc héritier a procédé ensuite au dépôt d’une couronne de fleurs au monument du Souvenir (Gëlle Fra) à la place de la Constitution, en présence du président de la Chambre des députés, Mars Di Bartolomeo, du Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, de la secrétaire d’État à la Défense, Francine Closener, et de plusieurs représentants de la Grande Région.Étaient présents la ministre-présidente de la Sarre, Annegret Kramp-Karrenbauer; le président du Conseil général de la Moselle, Patrick Weiten; la vice-ministre-présidente de la communauté germanophone de Belgique, Isabelle Weykmans; le président du Conseil général de la Meuse, Christian Namy; le ministre de la Justice et de la Protection des consommateurs de Rhénanie-Palatinat, Jochen Hartloff; le ministre du Budget et de la Fonction publique de Wallonie, Christophe Lacroix et le vice-président du Conseil général de Meurthe-et-Moselle, Grégory Grandjean. La Musique militaire a exécuté la sonnerie aux morts et l’hymne national.

Le prince souverain Albert II et la princesse Charlène de Monaco au Bal de la Croix-Rouge monégasque 02/08/2014

7068ad13e7629acec56a364124e0c205.jpg
Le Prince souverain Albert II de Monaco et son épouse la princesse Charlène - dont le ventre rond a fait sensation - ont présidé vendredi 1er août 2014 le traditionnel Gala de la Croix Rouge monégasque à la Salle des Etoiles du Sporting d'été de Monte-Carlo, fleuron de la SBM. En déboursant 1.000 euros pour un dîner suivi du concert de Diana Krall, les 850 convives ont permis de récolter plusieurs centaines de milliers d'euros afin de venir en aide aux populations en souffrance. Bonus princier, chacun a ainsi participé à une tombola dont le premier prix était… un collier Cartier en or gris orné notamment de 536 brillants ! Assis à la table princière, leurs Altesses Royales le duc et la duchesse de Castro.Dans la salle décorée de plus de dix mille roses et hortensias, de nombreuses personnalités ont pris place autour du prince Albert II et de la princesse Charlène, élégante dans une robe du soir de la maison Christian Dior. Parmi elles, le jazzman et « artiste de l'Unesco pour la Paix » Marcus Miller, John Ashe, président de la 68e Session de l'assemblée générale des Nations Unies. Mais aussi les stars éternelles Gina Lollobrigida et Shirley Bassey.Le judoka et ancien ministre français des Sports David Douillet n'est pas passé inaperçu en remportant une montre Rolex au tirage de la tombola.On notait encore la présence du comédien François Cluzet, qui a interprété en 2013 le convoyeur de fonds Toni Musulin dans 11.6, tourné en partie en Principauté, mais aussi de Gareth Wittstock, le frère de la princesse Charlène.

Source : Monaco-Matin
1 2  >